garçon


garçon

garçon [ garsɔ̃ ] n. m.
• v. 1155; garçun « valet » 1080; anc. cas régime de gars; probablt frq. °wrakjo « vagabond, misérable »
1Enfant du sexe masculin. Les filles et les garçons. Jeu de garçons. Le bleu, couleur traditionnelle des garçons (le rose étant celle des filles).Ils n'ont que des garçons et voudraient avoir une fille. fils. — GARÇON MANQUÉ : fille se donnant des allures de garçon ( garçonnier) . — PETIT GARÇON : enfant entre l'âge du bébé et la douzième année environ. ⇒ garçonnet; fam. gamin. Fig. Homme de peu de poids, de peu d'expérience. Être, se sentir un petit garçon auprès de qqn. Il le traite en petit garçon. — GRAND GARÇON : petit garçon relativement plus âgé que d'autres. Tu es un grand garçon, se dit à un petit garçon pour lui marquer de la considération, faire appel à sa raison. — JEUNE GARÇON : adolescent.
2Par ext. Jeune homme; homme. gars, fam. mec. Un garçon de vingt-quatre ans. Je le connais depuis trente ans, c'est un garçon remarquable. Loc. BEAU, JOLI GARÇON. Il est plutôt beau garçon (cf. Bel homme). Bon, brave garçon. C'est un garçon discret, bien élevé. Mauvais garçon. Mon garçon, manière familière et condescendante de s'adresser à un homme.
3(1539) Vieilli Jeune homme non marié. célibataire. Rester garçon. Appartement de garçon. garçonnière. Loc. VIEUX GARÇON : homme qui a atteint ou passé l'âge mûr sans se marier (cf. Célibataire endurci). Enterrer sa vie de garçon. — GARÇONS D'HONNEUR, dans un mariage. REM. Aujourd'hui, les garçons d'honneur sont souvent des petits garçons (1o).
4Vx Domestique, valet, ouvrier.
(XVIIIe) Homme en service ou employé subalterne dans certains établissements ou administrations, généralement chargé d'accueillir et servir la clientèle. Garçon coiffeur, boucher. Vieilli Garçon de magasin, de laboratoire, de salle, de ferme, d'écurie ( lad) . Garçon de cabine, au service des passagers d'un paquebot. ⇒ steward. Garçon de bain. Garçon d'ascenseur. liftier. Garçon de courses. 2. coursier, groom, livreur.
Spécialt (1729) Garçon de café, ou absolt garçon : homme qui assure le service. ⇒ serveur. Garçon, un demi ! Appelle le garçon.

garçon nom masculin (ancien cas régime de gars, du francique wrakjo) Enfant de sexe masculin : Filles et garçons vont dans les mêmes écoles. Enfant mâle considéré par rapport aux parents ; fils : Ils ont un garçon et deux filles. Familier. Jeune homme, adulte mâle : Il est plutôt joli garçon. Employé subalterne travaillant dans une administration, dans un commerce ou pour le compte de quelqu'un : Garçon boucher. Appellatif s'adressant à un serveur de café, de restaurant : Garçon ! un café. Membre de l'équipage d'un bateau chargé du service des cabines, salons, etc. ● garçon (difficultés) nom masculin (ancien cas régime de gars, du francique wrakjo) Orthographe Les mots composés avec garçon s'écrivent sans trait d'union : un garçon boucher, un garçon boulanger. Emploi Mon garçon, ton garçon (= mon fils, ton fils) appartiennent à l'usage oral courant. Recommandation Dans l'expression soignée, en particulier à l'écrit, préférer mon fils, ton fils. ● garçon (expressions) nom masculin (ancien cas régime de gars, du francique wrakjo) Bon garçon, enfant ou jeune homme facile à vivre. Faire garçon, avoir, donner l'apparence d'un individu mâle (surtout en parlant d'une fille) : Cette coiffure fait garçon. Garçon de bureau, employé chargé d'assurer dans les bureaux d'une entreprise ou d'une administration certains services matériels et d'introduire les visiteurs. Garçon de recettes, synonyme de encaisseur. Garçon d'honneur, jeune homme qui, dans un mariage traditionnel comportant une cérémonie importante, assiste les futurs époux. Grand garçon, se dit d'un petit garçon afin de lui indiquer qu'il est suffisamment grand et raisonnable pour qu'on puisse faire appel à sa raison. Mauvais garçon, jeune homme prompt à chercher querelle ou individu jeune de moralité douteuse ; voyou. Mon garçon, manière familière de s'adresser à quelqu'un. Petit garçon, enfant de sexe masculin entre l'âge du bébé et une douzaine d'années ; homme de peu d'envergure, de personnalité et d'expérience mal assurées. Rester garçon, rester célibataire. Vie de garçon, vie d'un célibataire, libre et indépendante. Vieux garçon, homme qui vieillit sans se marier. ● garçon (synonymes) nom masculin (ancien cas régime de gars, du francique wrakjo) Garçon de recettes
Synonymes :
garçon adjectif masculin Qui a les caractères traditionnellement attribués aux garçons : Elle est très garçon.

garçon
n. m.
d1./d Enfant mâle. Accoucher d'un garçon.
|| Petit garçon, âgé de deux à douze ans environ.
|| (Québec) Fam. Fils. Le garçon de mon frère.
d2./d Adolescent, jeune homme. Un garçon de vingt-deux ans.
d3./d Homme jeune. Son mari est un brave garçon.
|| Loc. Mauvais garçon: mauvais sujet, voyou.
d4./d Homme célibataire. Rester garçon.
|| Loc. Enterrer sa vie de garçon.
Vieux garçon: célibataire d'un certain âge.
d5./d Employé d'un artisan, d'un commerçant, etc. Garçon coiffeur. Garçon de café.
|| Absol. Serveur dans un café, un restaurant. Garçon, l'addition!

⇒GARÇON, subst. masc.
I. — Personne jeune de sexe masculin.
A. — [Considérée au point de vue de son âge, p. oppos. à l'homme adulte]
1. [Les subst. fém. corresp. sont fille (cf. ce mot II A 1), garce vx (cf. ce mot I A 1)] Enfant mâle. École, jeux de garçons. On apporta chez lui dans une bourriche (...) un gros garçon nouveau-né, criant le diable et dûment emmitouflé de langes (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 720) :
1. ... la scène se reconstruisait : Alice, appelée peut-être, entrant pour donner un bol de lait à ce garçon de quinze ans, velu comme un homme, puis la brusque faim du monstre pour cette chair frêle, ce cou trop long, le saut du mâle en chemise, la fille étouffée, jetée sur le lit ainsi qu'une loque, violée, volée, et les vêtements passés à la hâte, et la fuite.
ZOLA, Argent, 1891, p. 392.
Petit garçon. [Les subst. fém. corresp. sont (petite) fille (cf. ce mot II A 1 a), fillette (cf. ce mot A 1), garcette vx] Enfant mâle depuis l'âge du bébé jusque vers la douzième année. Synon. gamin fam. (cf. ce mot I B 1), garçonnet, (petit) gars fam. (cf. ce mot A 1), loupiot arg. Un beau petit garçon; un petit garçon bien sage; petit garçon questionneur et curieux. Un petit garçon, fameux comme le Petit Poucet et comme le petit Jésus (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 36). Un gamin, ou mieux, un petit garçon très bien élevé qui ne se salit pas, ne dit jamais de gros mots, aime bien sa maman (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 160) :
2. Une femme passait, tenant par la main deux enfants : un petit garçon d'environ dix ans, et une petite fille de quatre ans (...). Elle s'était assise, maintenant. Le garçon demeurait très sage, à son côté, tandis que la fillette faisait des pâtés de terre.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Père, 1883, p. 434.
Loc. fig. et fam. Être, se sentir, faire le (tout) petit garçon (auprès de qqn). Être, se sentir, faire l'inférieur (auprès de quelqu'un). On disait que Bonaparte n'était qu'un petit garçon auprès de lui (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 454). Nous sommes tous de petits garçons près des liturgistes et des théologiens (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1891, p. 126). Être traité en (tout) petit garçon par qqn. Être traité en inférieur, avec désinvolture par quelqu'un. Synon. être traité en gamin. Je suis un bien petit garçon de me laisser traiter ainsi! (STENDHAL, L. Leuwen, t. 2, 1835, p. 105). La vieille femme (...) traitait toujours le chirurgien en petit garçon (ZOLA, M. Férat, 1868, p. 133).
Grand garçon. [Le subst. fém. corresp. est grande fille] Petit garçon qui a beaucoup grandi. Ce petit air mâle et décidé qu'il prenait déjà comme un grand garçon (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 232).
(Jeune) garçon. [Le subst. fém. corresp. est jeune fille] Adolescent. La jeune fille et le jeune garçon furent introduits dans la chambre de lady Helena (VERNE, Enf. cap. Grant, t. 1, 1868, p. 26). Ils étaient si singuliers et si charmants, (...) cette fille triste entre ce joli enfant et ce garçon superbe (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 393). Au pays de Québec les garçons sont traités en hommes dès qu'ils prennent part au travail des hommes (HÉMON, M. Chapdelaine, 1916, p. 38).
Garçon manqué. Fille aux allures et aux goûts de garçon. Synon. fille manquée, (fille) garçonnière (cf. garçonnier).
[Avec une valeur caractérisante]
♦ Subst. + de garçon. Qui a les caractéristiques d'un garçon. Synon. garçonnier. Allures, comportement, manières de garçon; coiffure, mains, tête, visage de garçon. Les cheveux courts, en veste, une chemise d'homme sur sa poitrine de garçon (A. FRANCE, Lys rouge, 1894, p. 113).
Loc. adv. À la garçon. À la manière d'un garçon. Les cheveux coupés à la garçon, et raides, et va comme je te peigne (RENARD, Journal, 1889, p. 47). En garçon. Nous avions trouvé un costume ravissant (...). J'étais revenue en garçon à Kérantré (GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 8). Elle monte à cheval, et en garçon (GIRAUDOUX, Judith, 1931, I, 2, p. 25).
2. P. ext., gén. fam. [Les subst. fém. corresp. sont demoiselle (cf. demoiselle1 B 1 a), (jeune) femme, (jeune) fille (cf. ce mot II B) et garce vx (cf. ce mot I A)] Jeune homme ou homme (jeune). Synon. gars fam. (cf. ce mot A 2). Un garçon de vingt ans, de trente ans; un garçon d'avenir. En entendant ce gamin de dix-huit ans traiter d'enfant un garçon d'une cinquantaine d'années (G. LEROUX, Myst. ch. jaune, 1907, p. 79). Poupaert est un homme du nord, un garçon qui a souffert tous les malheurs imaginables : femme, santé, famille, courage, tout l'a trahi (DUHAMEL, Confess. min., 1920, p. 162) :
3. Quand elle a voulu se remarier, comme elle avait un fils de dix-huit ans elle a cru devoir lui demander conseil. Il lui a répondu : — Non! Non! Je ne t'approuve pas. Pourquoi un mariage? Si tu l'aimes, ce garçon, offre-le-toi.
RENARD, Journal, 1902, p. 763.
SYNT. Brave, excellent, gentil, honnête, méchant, vilain garçon; charmant, cher, chic, joyeux, splendide garçon; grand, gros garçon; un garçon aimable, amusant, cultivé, ingénieux, intelligent, méritant, sensé, sérieux, silencieux, soigneux, solide, sympathique; un garçon débrouillard, impulsif, lunatique, peureux, peu recommandable, pratique, prudent, rusé.
Garçon de + subst. (indiquant une qualité morale ou intellectuelle qui est présentée comme une caractéristique du jeune homme en question). Un garçon de cœur, d'expérience, de talent, de tête. Il fallait nous laisser aller à de semblables épouvantes, inexcusables chez un garçon de sa trempe (G. LEROUX, Parfum, 1908, p. 14). Swann qui est, d'ailleurs, un garçon d'esprit s'il en fut (PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p. 472).
Loc. N'être pas garçon à + inf. Synon. n'être pas homme à + inf. Plampougnis n'était pas garçon à se laisser pousser par des menaces (POURRAT, Gaspard, 1922, p. 91).
Beau, joli garçon. (Jeune) homme au physique avantageux, séduisant. Elle s'abandonnait, (...) fière d'avoir ce beau garçon pour danseur (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 88). Emploi adj. Tout à coup je vois venir un grand blond, très joli garçon (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Signe, 1886, p. 1050). Il se savait joli garçon. Son visage était régulier (MARTIN DU G., Devenir, 1909, p. 9).
Bon garçon. Homme d'un naturel facile à vivre. On veut vivre sans gêne; on traite sa femme en camarade, en bon garçon, devant qui on peut tout dire (TAINE, Notes Paris, 1867, p. 215). Emploi adj. [En parlant d'une pers. de sexe masculin ou féminin ou p. ext. de leurs traits] Qui a ou présente les caractéristiques d'un bon garçon. Dame! dit-il avec un rire bon garçon (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 678). Edwige est indépendante et bon garçon (GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 146) :
4. Accroupi, il écoutait sans bouger l'adjudant bon garçon lui adresser en guise de punition quelques observations dépareillées sur la prudence à observer en première ligne et le respect dû aux supérieurs...
DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 271.
Mauvais garçon. Synon. apache arg., vieilli (mauvais) gars (cf. ce mot C 2), vaurien, voyou. Un mélange de mauvais garçons, de têtes brûlées (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 251). Le magasin étroit du spécialiste où tous les mauvais garçons du quartier venaient choisir leurs tatanes de couleur crue (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 158) :
5. C'est à Paris que se forment ces « troupes de campagne » bariolées, aventureuses, où ne manquent pas les fils de famille dévoyés et les mauvais garçons.
BRASILLACH, Corneille, 1938, p. 52.
Loc. Faire le mauvais garçon. Faire le méchant (cf. Ac. 1798-1932).
Garçon d'honneur. [Les subst. fém. corresp. sont demoiselle (cf. demoiselle1 A 2 a) et fille (cf. ce mot II C 1 b)] L'un des jeunes gens qui sont chargés de faire les honneurs dans un mariage et font partie du cortège. Une noce montait les marches de l'église, le garçon d'honneur en tête (ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p. 105). Il avait assisté à plusieurs mariages de ses amis, comme garçon d'honneur (LOTI, Pêch. Isl., 1886, p. 212) :
6. Pendant la période des fiançailles qui précède le mariage, les « garçons d'honneur » accompagnent le marié dans ses déplacements liés à la cérémonie du mariage (...). Il en est de même avec la mariée pour les « filles d'honneur ».
MENON, LECOTTÉ, Vill. Fr., 2, 1954, p. 27.
Rem. Emploi synon., région. ou vieilli : garçon de noces. L'aspect d'un homme dont l'élégance empruntée le faisait ressembler à un premier garçon de noces (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 180).
B. — Fam. [Avec un poss., ou un compl. de nom indiquant un rapport d'ascendance, d'origine et de provenance, ou quasi hiérarchique]
1. [Rapport d'ascendance naturelle; le subst. fém. corresp. est fille (cf. ce mot I A 1)] Enfant de sexe masculin. Synon. fils, gamin fam. ou pop. (cf. ce mot I B 4), gars fam. (cf. ce mot B 1). Trois ans passèrent comme ça, et Denise eut d'abord sa fille, puis son garçon (LAMART., Tailleur pierre, 1851, p. 538). Mon premier garçon, je l'appellerai peut-être François. Mais non, je n'aurai pas d'enfants (DUHAMEL, Nuit St-Jean, 1935, p. 59) :
7. ... il a fallu aller repêcher le garçon des Roumanières qui s'était jeté dans le puits (...). Il avait fallu deux hommes pour tenir Mariannette, la mère qui ruait comme une mule folle...
GIONO, Baumugnes, 1929, p. 82.
2. [Rapport d'origine, de provenance indiqué par le compl. de nom; le subst. fém. corresp. est fille (cf. ce mot I B 2)] Garçon de + subst. (indiquant une origine sociol. ou géogr.). Personne issue, native de. Synon. gars fam. (cf. ce mot B 2), (jeune) homme.
Domaine sociologique et géographique. Garçon de la ville, de la campagne. Garçon du Nord, de l'Est. Un garçon du pays me disait qu'un puits se trouvait autrefois entre les lignes du Nord et du Sud (GREEN, Journal, 1933, p. 176). Ce garçon de bonne famille, fils d'un magistrat d'Auvergne, poète, séducteur (BRASILLACH, Corneille, 1938, p. 75) :
8. Elle disait : — Papa m'a présenté, la semaine dernière, deux messieurs : un Belge et un garçon du Midi, un grand marchand de savon. — Et lequel allez-vous épouser? Prenez le marchand de savon. — Non, je n'épouserai ni l'un, ni l'autre.
DUHAMEL, Passion J. Pasquier, 1945, p. 95.
3. En appellatif. [Le subst. fém. corresp. est fille (cf. ce mot I B 3)] Mon garçon. Appellation employée avec bonhomie ou affection et avec une certaine condescendance envers une personne inférieure en âge ou socialement (notamment dans les rapports de maître à domestique). Monsieur Schmitt (...) a dit au courrier : allons, mon garçon, vous avez besoin de boire un coup; venez goûter de notre bière (SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, 1797, p. 1710). C'est ça, mon garçon. Allez le demander à madame (MEILHAC, HALÉVY, Boule, 1875, II, 5, p. 54). Le président reprend (...) sur un ton de réprimande presque douce (...) : — Eh bien! Mon garçon, c'est pas bien ce que vous avez fait là (GIDE, Souv. Cour d'ass., 1913, p. 627) :
9. Et l'honnête médecin tendit la main à Atar-Gull en essuyant ses yeux humides. « Je n'ose, monsieur le docteur, — dit le nègre avec humilité. — Allons donc, mon garçon, mon ami; mais je m'honore, moi, en pressant la main d'un modèle de vertu et d'héroïsme... »
SUE, Atar-Gull, 1831, p. 36.
Rem. Nos garçons est un calque de l'expr. amér. our boys pour désigner les soldats. Strasbourg dans son sommeil reposant tranquillement enfin, grâce au sacrifice de tant de garçons américains et français (MAURIAC, Bâillon dén., 1945, p. 489).
C. — Emploi adj. [En parlant d'une pers. de sexe féminin ou de ses traits de comportement] Synon. garçonnier. Cette allure déhanchée et garçon (A. DAUDET, Nabab, 1877, p. 113). Catherine était un excellent camarade avec lequel je m'entendais à merveille; elle était aussi garçon que moi (GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 177).
Rem. La docum. ne fournit pour cet emploi que des ex. au masc.
Col garçon. Col d'une coupe dite « garçon ». Son amazone qui allait bien à sa taille longue, souple, comme le petit col garçon à sa figure mutine (A. DAUDET, N. Roumestan, 1881, p. 65). Un col garçon présentait le visage frais de cette fine Anglaise souriante, vêtue de noir (HAMP, Champagne, 1909, p. 222).
Rem. Région. Ami de garçon, calque de l'expr. angl. boy-friend désignant un « petit ami », est couramment utilisée au Québec. Il serait son ami de garçon, son vrai, son steady! Ensemble, ils iraient au cinéma (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 228).
II. — Personne de sexe masculin non mariée. [Les subst. fém. corresp. sont demoiselle (cf. demoiselle1 B 1 b), fille (cf. ce mot II A 2)] Synon. célibataire; anton. (homme) marié.
A. — [En parlant exclusivement de pers. de sexe masculin] Demeurer, être, rester garçon; vivre en garçon; mobilier de garçon. Je vous ai laissé garçon en quittant Paris; j'y reviens et vous retrouve marié (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 4, 1859, p. 433). Le colonel, étant garçon, prenait ses repas au mess (BENOIT, Atlant., 1919, p. 22). Elle pourra très bien me préparer un déjeuner de garçon (CHARDONNE, Épithal., 1921, p. 286) :
10. ... et ce fut là, dans ces coudoiements, que Sandoz finit par le reconnaître. Flânant en garçon, lui aussi, sa femme étant restée près de sa mère souffrante, Sandoz venait de s'arrêter...
ZOLA, Œuvre, 1886, p. 322.
Appartement, logement de garçon. Synon. garçonnière. Elle s'était habillée ainsi (...) pour rejoindre dans son logis de garçon le beau vicomte de Martelet, son amant (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Rendez-vous, 1889, p. 1109).
Dire adieu à, enterrer sa vie de garçon. Faire en compagnie d'amis célibataires une dernière fête juste avant le mariage. Au premier rang des spectateurs, [se trouvait] (...) Mimar qui enterrait sa vie de garçon (DABIT, Hôtel Nord, 1929, p. 173).
Vieux garçon. [Le subst. fém. corresp. est (vieille) fille (cf. ce mot II A 2 c)] Homme célibataire d'un certain âge. Habitudes, manies de vieux garçon. Les jeunes mariés plaignent le vieux garçon (...). Le vieux garçon admire les jeunes mariés (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 274). Je n'aime plus personne. Je deviens égoïste comme un vieux garçon (BERNANOS, Lettres inéd., 1906, p. 1735) :
11. C'était un dîner de (...) vieux garçons endurcis (...). Ils étaient alors quatorze bien décidés à ne jamais prendre femme. Ils restaient quatre maintenant. Trois étaient morts, et les sept autres mariés.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Verrou, 1882, p. 814.
B. — [En parlant de pers. de sexe masculin et p. ext. de pers. de sexe féminin] Loc.
Mener une/la vie de garçon. Mener une vie libre, indépendante. Elle s'est amusée pour la seule et unique fois de sa vie à mener la vie de garçon (BALZAC, Corresp., 1836, p. 122). C'est plus commode, mener la vie de garçon, faire le muscadin, rentrer à toutes les heures, vous amuser (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 249).
Déjeuner, dîner en garçon. Prendre un repas en célibataire. Et c'était ainsi que le ministre, avec lequel Clorinde voulait causer longuement, l'avait invitée à venir déjeuner au ministère, en garçons (ZOLA, E. Rougon, 1876, p. 233) :
12. Son mari était absent pour quelques jours, elle me demanda de venir dîner chez moi, en garçon, servie par moi pour éviter même la présence d'un domestique.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Cri d'al., 1886, p. 1060.
III. — Employé ou commis le plus souvent chargé de tâches en relation avec la clientèle. [Les subst. fém. corresp. sont dame (cf. ce mot I A 1 a ), demoiselle (cf. demoiselle1 A 2 b), fille (cf. ce mot II C)]
A. — [Avec un subst. en appos. désignant un nom de métier] Jeune ouvrier ou employé, aide, travaillant chez des artisans, commerçants ou ouvriers spécialisés. Synon. apprenti (mod.). Couché sur les tas d'herbes sèches, parmi les rudes garçons faneurs (GIDE, Nourr. terr., 1897, p. 210). Elle gourmanda le garçon baigneur qui accourait avec quelque retard, renversant la moitié du baquet d'eau chaude (DRIEU LA ROCH., Rêv. bourg., 1939, p. 14) :
13. Un garçon boulanger à Paris gagne plus que deux douaniers, plus qu'un lieutenant d'infanterie, plus que tel magistrat, plus que la plupart des professeurs; il gagne autant que six maîtres d'école! Honte! Infamie!...
MICHELET, Peuple, 1846, p. 139.
SYNT. Garçon boucher, brasseur, charbonnier, charcutier, cimentier (cf. manœuvre), coiffeur, épicier (cf. vendeur), fruitier, limonadier, livreur (cf. livreur), meunier, pharmacien (cf. aide-laborantin).
INDUSTR. DU VERRE. ,,Plus âgé que le gamin, il achève le cueillage et prépare la paraison`` (J. BLOCH-DERMANT, L'Art du verre en France 1860-1914, Lausanne, Edita, 1974, p. 198).
B. — [Avec un compl. de nom indiquant l'affectation à un service particulier] Employé subalterne, dans certaines administrations ou établissements privés. Synon. aide, commis. Garçon de cuisine, d'élevage, de ferme; garçon de bibliothèque, de cabine, de wagons-lits. Les filles et les garçons de service courant avec des brocs en tête (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 457). Ils sonnèrent longuement. Le garçon de nuit vint ouvrir. Il paraissait inquiet (ROMAINS, Copains, 1913, p. 173) :
14. Cependant il faisait remarquer que ce public, qu'on disait sanguinaire, il n'était pas de course où (...) il ne forçât un garçon d'arène à achever un cheval blessé qu'on voulait faire servir à nouveau.
MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 445.
SYNT. Garçon d'ascenseur (cf. liftier), d'écurie (cf. lad), d'étage, d'hôtel (cf. valet de chambre), de bureau (cf. agent de service), de caisse (cf. caissier), de chai (cf. caviste), de cour (cf. valet de ferme), de laboratoire (cf. aide-laborantin), de magasin, de recettes (cf. encaisseur), de restaurant, de salle (cf. garçon de café), de salle (cf. aide-infirmier), de salle (cf. serveur de restaurant), de service (cf. agent de service).
Garçon de peine (vx). Synon. homme de peine. Birotteau (...) se mit sur le pas de sa porte en examinant comment son garçon de peine (...) s'acquittait de ses fonctions (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 72).
C. — En partic. Garçon de café, d'hôtel, de restaurant et p. ell. garçon. Employé chargé de servir la clientèle (dans un café, un restaurant, un hôtel). [Le subst. fém. corresp. est serveuse] Synon. loufiat (arg.), serveur. Donner un pourboire au garçon; appeler le garçon pour demander une consommation. Le garçon apportait la carte du déjeuner; elle se montait à trente-deux francs (JOUY, Hermite, t. 1, 1811, p. 292). Il avait commencé par être garçon de restaurant... oui, garçon, dans un bouillon de Vincennes (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 227) :
15. Soit un café arrosé
Zéro franc soixante-dix
Deux tartines beurrées
Et ving-cinq centimes pour le pourboire du garçon
Il est terrible
Le petit bruit de l'œuf dur
Cassé sur un comptoir d'étain...
PRÉVERT, Paroles, 1946, p. 97.
REM. 1. Garçonnage, subst. masc., région. Si le fiancé est étranger au village, alors il doit payer le « droit de garçonnage » (Nivernais, Ile-de-France) (MENON, LECOTTÉ, Vill. Fr., 2, 1954, p. 26). 2. Garçonnisme, dans le comp. bon-garçonnisme, subst. masc. Qualité de la personne qui a les caractéristiques du bon garçon. C'est vraiment du bon-garçonnisme d'être venu (GONCOURT, Journal, 1890, p. 1155). En dépit d'une espèce de garçonnisme, de bon garçonnisme qui est, chez vous, entièrement affecté (COLETTE, Naiss. jour, 1928, p. 54). Elle met un peu plus de bon garçonnisme dans la noce, mais avec un côté m'as-tu-vu insupportable (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 238).
Prononc. et Orth. : []. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1100 garçun « valet de rang social inférieur notamment à l'armée, à la cuisine, à la chasse... » (Roland, éd. J. Bédier, 2437); b) 1554 garson cousturier « ouvrier qui travaille pour le compte d'un maître et est attaché plus spécialement au service de la clientèle » (Le journal du Sieur de Gouberville ds POPPE, p. 229); c) 1750 garson « serveur dans un café » (Le Paquet de mouchoirs, 35 ds Mél. C. T. Gossen, p. 307), 2. a) ca 1160 garçon « enfant du sexe masculin, jeune homme » (Eneas, éd. J. J. Salverda de Grave, 8572); b) 1564 « fils » (Indice et recueil universel de tous les mots principaux des livres de la Bible, 153); 3. a) 1636 « célibataire » (MONET); b) 1929 enterrer sa vie de garçon (DABIT, loc. cit., sous II A). De l'a. b. frq. wrakkjo « vagabond » (cf. gars), que l'on peut restituer d'apr. l'a. h. all. hrechjo « fugitif, banni », l'a. saxon wrecca « fugitif, malheureux », le m. néerl. Recke « banni », l'angl. wretch « malheureux, scélérat », l'all. Recke « héros », cas régime wrakkjone, puis avec métathèse du r wrakjóne (cf. la forme latinisée waracionem, VIIe s. ds KLUGE, p. 589b). En a. fr., les termes qui servent à désigner le jeune homme semblent se répartir entre deux catégories : bacheler (v. bachelier) et damoiseau qui mettent l'accent sur le jeune âge, tandis que valet et garçon font ressortir l'orig. sociale; l'enfant noble est appelé valet, l'enfant de couche sociale inférieure, garçon (souvent terme d'injure, cf. garce). Fréq. abs. littér. :11 051. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 7 036, b) 19 028; XXe s. : a) 20 440, b) 18 506. Bbg. CHAUTARD (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 645. - JOHNSON (Ph.). Huon de Bordeaux et la sém. de l'enfes. Z. rom. Philol. 1975, t. 91, p. 72. - LE BRETON GRANDMAISON. Le Monde de la limonade. Vie lang. 1971, pp. 640-641. - NICHOLSON (G.). Fr. : gars, garçon... Romania. 1924, t. 50, pp. 94-99. - PAULI (I.). Enfant garçon, fille ds les langues rom. Lund, 1919, 42 p. - QUEM. DDL t. 4, 10, 12. - SCOONES (S.T.H.). L'Étymol. du mot garçon. Romania. 1972, t. 93, pp. 407-411.

garçon [gaʀsɔ̃] n. m.
ÉTYM. V. 1155, sens I.; garçun « goujat (1.), valet », 1080; ancien cas régime de gars (→ Gars), probablt du francique wrakjo « vagabond, misérable »; P. Guiraud préfère un étymon lat. carptio « écuyer tranchant, esclave chargé de découper les mets », de carptiare « déchirer, découper ». → 2. Garcette.
———
I
1 Enfant mâle. || L'œuf portant un chromosome X et un chromosome Y produira un garçon (→ Fille, cit. 19). || Il naît plus de garçons que de filles. || Accoucher d'un garçon. || Les filles et les garçons (→ Éducation, cit. 3). || Fille habillée en garçon. — ☑ Loc. Cette petite est un vrai garçon, un garçon manqué, elle a des manières brusques, aime les jeux violents (→ Manquer, cit. 81). || Elle aurait voulu être un garçon (→ Fille, cit. 20).
1 (…) je pus voir un homme que l'Évêque de Soissons avait nommé Germain en confirmation, lequel tous les habitants de là ont connu et vu fille, jusques à l'âge de vingt-deux ans, nommée Marie (…) Faisant, dit-il, quelque effort en sautant, ses membres virils se produisirent; et est encore en usage, entre les filles de là, une chanson par laquelle elles s'entravertissent de ne faire point de grandes enjambées, de peur de devenir garçons, comme Marie Germain.
Montaigne, Essais, I, XXI.
2 Deux tout petits enfants, le garçon et la fille,
Dans le même berceau souriaient endormis.
Hugo, la Légende des siècles, LII, VI.
Enfant mâle (de qqn). Fils. || Ils n'ont que des garçons et souhaitent avoir une fille. || L'aîné des garçons, de leurs garçons devint général. || C'est son seul garçon. || Mon garçon est au collège (Littré). || Il redoute de voir ses garçons partir (→ Exempter, cit. 4).REM. Cependant on ne dira pas (en franç. central), d'un fils adulte ou déjà âgé : que fait votre garçon ?, mais : que fait votre fils ?
3 (…) il n'y a point de princesse de Cachemire; son père n'a jamais eu que deux garçons qui sont actuellement au collège.
Voltaire, le Blanc et le Noir, in Littré.
4 Ça ne tirait pas à conséquence, on se mariait ensuite, les mères seules se fâchaient, lorsque les garçons commençaient trop tôt, car un garçon qui se mariait ne rapportait plus à la famille.
Zola, Germinal, II, III.
Petit garçon : enfant entre le premier âge et la douzième année environ. Garçonnet (→ Boiteux, cit. 4; empêtrer, cit. 9; étourdir, cit. 12). || Les petits garçons qui vont à l'école. || Les petits garçons et les petites filles.(Déb. XVIIIe; cit. 5, ci-dessous). Fig. || Faire le petit garçon.En valeur d'attribut. || Être, se sentir tout petit garçon auprès de qqn. Inférieur. || Il le traite en petit garçon, comme un petit garçon, comme un enfant.
5 Mme de Bullion, aussi avare que riche et glorieuse, traitait son mari comme un petit garçon.
Saint-Simon, Mémoires, 55, 175, in Littré.
6 Certes, ma vie est déjà pleine de morts. Mais le plus mort des morts est le petit garçon que je fus. Et pourtant, l'heure venue, c'est lui qui reprendra sa place à la tête de ma vie, rassemblera mes pauvres années jusqu'à la dernière, et comme un jeune chef ses vétérans, ralliant la troupe en désordre, entrera le premier dans la Maison du Père. Après tout, j'aurais le droit de parler en son nom. Mais justement, on ne parle pas au nom de l'enfance, il faudrait parler son langage.
Bernanos, les Grands Cimetières sous la lune, p. 4.
REM. Le terme peut s'employer pour un jeune homme, avec une valeur stylistique (insistance sur la jeunesse relative). → Gamin, gosse.
6.1 (…) ne voyant plus de raison à cette démarche, il y vit une faveur inouïe généreusement accordée par un homme de cette importance à un petit garçon de vingt ans qui pensait qu'il fallait au moins exercer une profession ou être père de famille pour qu'un homme « d'un certain âge » vous mît sa carte.
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 424.
Grand garçon : petit garçon relativement plus âgé que d'autres. || Mon Dieu, mais c'est un grand garçon maintenant ! || Tu es un grand garçon, se dit à un petit garçon pour lui marquer de la considération, faire appel à sa raison.
7 (…) un grand garçon charmant, à tournure d'homme, serré dans sa tunique trop petite de collégien, songeait tout seul, les yeux en plein rêve.
Loti, Matelot, III.
Jeune garçon : adolescent (→ Botte, cit. 3; empoisonner, cit. 24; entrevoir, cit. 9; envie, cit. 13). || Un tout jeune garçon.
2 (1530). Jeune homme ou homme jeune.REM. Le mot implique soit l'absence de la considération due à l'âge, soit la familiarité, et peut dans ce cas s'appliquer à des hommes mûrs, quand le locuteur est lui-même aussi âgé ou plus âgé. — Un garçon de dix-sept ans, de vingt ans (→ Espérer, cit. 21), de vingt-trois ans (→ Ardeur, cit. 26). || Un garçon d'avenir. || Garçons et filles. || Garçon fidèle à la jeune fille qu'il aime (→ Aventure, cit. 19). || C'est un garçon remarquable.
8 (…) elle était jeune, jolie et fille d'Ève. Mais il ne fallait pas qu'un garçon, même des plus huppés de l'endroit, s'avisât de lui serrer la taille trop fort; il ne s'en serait pas bien trouvé (…)
A. de Musset, Nouvelles, « Margot », II.
9 (…) un garçon robuste, d'assez haute taille, bien découplé, en dépit d'une sorte de gaucherie que lui donnait, sous la soutane, la carrure même de ses épaules.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, XI, p. 153.
Loc. Beau, joli garçon. || C'est un beau garçon. Homme (bel), type (fam.). || Un joli garçon.En attribut. || Il est très beau garçon. pop. Gosse (→ Fâcheux, cit. 10; faraud, cit. 3). || « Il est joli garçon, l'assassin à papa ! » (Chimène, dans l'adaptation du Cid par Edmond Brua). — ☑ (1676). Bon, brave garçon. || C'est un bon, un brave garçon, mais il n'est pas très malin. Bon garçon; garçonnisme. || Étrange (cit. 6) garçon, drôle de garçon ! || Jovial, joyeux garçon (→ Exubérant, cit. 5). || Le pauvre, le malheureux garçon (→ Envoyer, cit. 24; fatigue, cit. 4). || Un garçon distingué, discret, bien élevé… || Quel gentil garçon, toujours complaisant ! || Faire le méchant garçon. — ☑ Loc. Mauvais garçon. Mauvais (cit. 18 et supra).En fonction d'adjectif. || Il a un genre mauvais garçon.Appellatif. || Mon pauvre garçon…REM. Ne s'emploie pas en appellatif avec les autres épithètes signalées ci-dessus.
10 Ah ! mon pauvre garçon, la chance a bien tourné !
Molière, l'Étourdi, II, 6.
11 Je ne doute pas qu'il ne devienne un homme très remarquable. Ce garçon-là trouvera tout autant de fortune qu'il en voudra, le jour où il sera parvenu au pouvoir.
Balzac, Gobseck, Pl., t. II, p. 623.
12 C'était un garçon de bonne humeur, et qui ne manquait pas d'esprit (…)
A. de Musset, Nouvelles, « Croisilles », I.
13 Le pauvre garçon avait reçu un coup terrible dont il restait assommé.
Léon Bloy, le Désespéré, p. 130.
En appellatif. || Mon garçon…, manière condescendante de s'adresser à un homme jeune. || Écoutez, mon garçon… (→ Jeune homme). || Cher garçon, mon cher garçon (vieilli).
14 — J'ai donc songé à quelques réformes que vous approuverez sans doute… Ma première réforme, mon cher garçon…
— Vous voulez dire mon cher Gaston, je pense ? La langue vous a fourché.
— Cher Gaston, cher garçon… c'est tout un. De beau-père à gendre, la familiarité est permise.
Émile Augier, le Gendre de M. Poirier, III, 2.
3 (1539). Vieilli ou régional. Jeune homme non marié, homme qui demeure dans le célibat. Célibataire. || Rester, être encore garçon. || Il préfère rester garçon. || Appartement de garçon. Garçonnière. || Un ménage de garçon, roman de Balzac. — ☑ Loc. mod. (1637). Mener la vie de garçon, la vie d'un homme indépendant.Enterrer sa vie de garçon. || Déjeuner, dîner de garçons, ne réunissant que des célibataires (par situation ou par occasion), où les femmes ne sont pas conviées.
15 Ils étaient pauvres, chargés de famille, tandis que David était garçon et serait puissamment riche (…)
Balzac, Illusions perdues, Pl., t. IV, p. 478.
16 Eugène se vit dans un délicieux appartement de garçon, composé d'une antichambre, d'un petit salon, d'une chambre à coucher et d'un cabinet ayant vue sur un jardin.
Balzac, le Père Goriot, Pl., t. II, p. 1022.
16.1 Quelle ruine que les femmes… les garçons sont bien heureux !… ils n'ont pas toutes vos toilettes à payer !
Ch. Paul de Kock, la Grande Ville, t. I, p. 247.
17 Il y a des « garçons » qui, de très bonne heure, ne pensent qu'au mariage; beaucoup d'autres qui, tout en profitant de leur « vie de garçon », se disent que c'est transitoire; qui même en profitent d'autant plus.
J. Romains, Quand le navire…, II.
En garçons : en célibataires; entre hommes. || Aller dîner en garçons.Par plaisanterie :
17.1 Après avoir déjeuné en garçons au Nuage-Palace, les trois jeunes filles reprirent leur promenade.
A. Robida, le Vingtième Siècle, p. 46.
Allus. littér. || Le Garçon, personnage mythique de Flaubert, symbolisant l'homme qui mène la vie de garçon, avec tous les vices et le comportement anarchique que lui supposent le bourgeois et le père de famille timoré.
Loc. (1865). Garçon d'honneur : jeune homme non marié faisant les honneurs dans une noce et faisant partie du cortège (→ Forcer, cit. 29).
Loc. Vieux garçon : homme non marié et pouvant être relativement jeune (supplée au vieillissement de garçon employé seul dans ce sens). → Contact, cit. 8. || Des vieux garçons.(En attribut). || Il ne veut pas être, rester vieux garçon. || Les vieux garçons et les vieilles filles.
4 (Trad. de l'angl. boy). Soldat (surtout avec le possessif : nos garçons).
———
II (XIIe).
1 Vx. Domestique, valet, ouvrier. || Les garçons tailleurs, dans le ballet du deuxième acte du « Bourgeois gentilhomme » (→ Après, cit. 57). || Garçon meunier (→ Enfariner, cit. 1). || Le garçon d'un artisan.
18 Il n'est pas jusqu'au fat qui lui sert de garçon
Qui ne se mêle aussi de nous faire leçon (…)
Molière, Tartuffe, I, 2.
2 (1613, → cit. 18.1 ci-dessous; avec n. apposé ou compl. en de). Homme en service ou employé subalterne, dans certains établissements ou administrations, généralement chargé d'accueillir et de servir la clientèle. || Garçon coiffeur, épicier, boucher, pâtissier. Patronnet.(1837). || Garçon de bureau (→ Employé, cit. 3).(Vieilli). || Garçon de magasin. || Garçon de laboratoire, de salle. || Garçon de ferme, d'écurie. Lad.Garçon de bord : apprenti sur un navire caboteur, aide sur un bateau de pêche. || Garçon de cabine, au service des passagers d'un paquebot. Steward. || Garçon de recettes, chargé de faire les encaissements. || Garçon de courses. Coursier, groom, livreur.
18.1 (…) là ho garçon, versés du vin par tout; quel vin vous plaist-il boire monsieur ?
S. Bernard, Tableau des actions du jeune gentilhomme (1613), II, 13, in D. D. L., II, 22.
19 Avant de vous réduire au triste rôle de garder les manteaux et de noter les coups comme un garçon de billard ou un valet de jeu de paume (…)
Th. Gautier, Préface de Mlle de Maupin, p. 17 (éd. critique Matoré).
20 Certains garçons des laboratoires bien entraînés eussent fort bien cuisiné dans un cercueil en activité tellement la putréfaction et ses relents ne les gênaient plus.
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 256.
(1835). Spécialt. Homme chargé de servir la clientèle (dans l'hôtellerie). || Garçon de café, garçon de restaurant (→ Balle, cit. 12; endosser, cit. 4), et, absolt, garçon (→ Corbeille, cit. 2; débarrasser, cit. 6). Barman, chasseur, serveur. || Donner un pourboire aux garçons. || N'oubliez pas le garçon. Service.Garçon d'hôtel. || Garçon d'étage, de nuit (→ Fatiguer, cit. 27). || Appeler le garçon.(En appellatif). || Garçon, un demi !REM. Cet emploi tend sinon à vieillir, du moins à entrer en concurrence avec monsieur, correspondant à mademoiselle, ou madame, employé normalement pour appeler les serveuses.
21 Venez donc prendre un petit verre, dit Pierrotin en clignotant et allant vers le café de l'Échiquier où il amena le valet.
— Garçon, deux absinthes ! cria-t-il en entrant (…)
Balzac, Un début dans la vie, Pl., t. I, p. 610.
22 Au-dedans, les mouvements intérieurs sont rapides. Les garçons y vont et viennent sans flâner, ils sont tous occupés, tous nécessaires. Les mets sont peu variés.
Balzac, Illusions perdues, Pl., t. IV, p. 632.
23 (…) déjeunant avec moi au café Hardy et me voyant commander ferme aux garçons, car avec tous mes devoirs à remplir j'étais souvent pressé, (il) fut ravi parce que ces garçons firent entre eux quelque plaisanterie qui impliquait que j'étais un fat, ce qui ne me fâcha nullement.
Stendhal, Vie de Henry Brulard, 2.
24 Des garçons habillés de noir, cravatés de blanc, nous reçurent et nous conduisirent avec un sérieux anglais à une immense chambre (…)
Th. Gautier, Voyage en Russie, p. 370.
25 Il lui semblait que le garçon faisait exprès de traîner les pieds et de contourner si lentement la table d'hôte.
J. Green, Léviathan, I, III.
26 Quelques-uns des garçons qui servaient, lâchés entre les tables, fuyaient à toute vitesse, ayant sur leurs paumes tendues un plat que cela semblait être le but de ce genre de courses de ne pas laisser choir.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. V, p. 57.
tableau Noms de métiers.
CONTR. Fille, fillette. — Marié. — Patron.
DÉR. Garçonne, garçonnet, garçonnier, garçonnière, garçonnisme.
COMP. Bon garçon.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Garcon — Garçon Pour les articles homonymes, voir Maurice Garçon et Baltasar Garzón. « Jeune homme » redirige ici. Pour l album de Johnny Hallyday, voir Jeune homme (album) …   Wikipédia en Français

  • garçon — GARÇON. s. m. Enfant masle. Il a des filles & des garçons. accoucher d un beau garçon. petit garçon. jeune garçon. brave garçon. On appelle aussi de ce nom ceux qui demeurent dans le celibat, qui ne se marient point. Il veut mourir garçon. c est… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Garçon — is the French word for boy.In English, and various other languages, it was adopted in the specific meaning of a (male, usually young) waiter, especially of low rank in a larger establishment, who serves customers food and/or drinks. However, in… …   Wikipedia

  • Garcon ! — Garçon ! Pour les articles homonymes, voir Garçon ! (homonymie). Garçon ! est une comédie française réalisée par Claude Sautet en 1983 et sortie le 9 novembre 1983. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique …   Wikipédia en Français

  • Garçon! — Garçon ! Pour les articles homonymes, voir Garçon ! (homonymie). Garçon ! est une comédie française réalisée par Claude Sautet en 1983 et sortie le 9 novembre 1983. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique …   Wikipédia en Français

  • Garçon — Garçon,der:⇨Kellner Garçon→Kellner …   Das Wörterbuch der Synonyme

  • garcon — (n.) boy, c.1300, from O.Fr. garçun (11c.; Mod.Fr. garçon) menial, servant boy, page; man of base condition, originally objective case of gars, perhaps from Frankish *wrakjo (Cf. O.H.G. recko, O.S. wrekkio a banished person, exile; English WRETCH …   Etymology dictionary

  • garçon — (del francés; pronunciamos garsón ) sustantivo masculino 1. Se usa en la locución locución. [Pelo, peinado] muy corto, como suelen llevarlo los hombres: La modelo iba peinada a lo garçon …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Garcon — Gar [,c]on , n. [F.] A boy; fellow; esp., a serving boy or man; a waiter; in Eng. chiefly applied to French waiters. [Webster 1913 Suppl.] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Garçon! — is a 1983 French film directed by Claude Sautet and starring Yves Montand, Nicole Garcia, Jacques Villeret, Marie Dubois, Dominique Laffin, and Bernard Fresson. It received 4 César nominations, for Best Actor, Best Supporting Actor (twice) and… …   Wikipedia